Archives de l’auteur admin

Paradmin

Nos Goldens boys et leurs salaires

Le salaire d’un trader est souvent très varié. Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle golden boys car, jours après jours, les brokers jouent avec les millions. Mais d’une part, il ne faut pas faire des illusions car tout ce qu’ils touchent ne se transforme pas en or car, de nombreux exemples récents nous rappellent que le trading peut conduire à des pertes financières très importantes.

Et d’autre part, si l’affaire marche bien, le trader touche un salaire de base défini de son expérience, du type de poste occupé et de son âge. Un trader junior peut empocher entre 40.000 et 60.000 Euro par an selon sa formation, son lieu de travail et l’état des marchés financiers. Et ceux, des plus expérimenté sont entre 60.000 et 100.000 Euro. Perso je suis au même niveau en tradant les options binaires depuis chez moi !

 

Des bonus plus qu’attirants

Une rémunération variable est plus intéressante. Si le trader obtient, les objectifs de rentabilité qui ont été fixés, il peut voir ses gains exploser par le biais des bonus. Cependant, considérons qu’en moyenne, les brokers touchent 240’000€ de bonus par an. Alors, Cette moyenne cache les écarts qu’il peut y avoir entre eux, sachant que si les quatre cents premiers gagnent 1.5 million d’Euros, le bonus des dix premiers peut s’élever à 4 millions d’Euros.

Généralement, plus les primes et si élevés qu’elles ne peuvent pas être touché qu’après avoir donné ces preuves dans la profession durant quelques temps. Les bonus ne sont pas versés directement au trader puisqu’une partie lui étant versée sous forme d’actions. D’ailleurs, les chiffres qui sont donnés dans cet article peuvent fortement varier en fonction de la condition économique et du pays où exerce le négociateur.

Le gouvernement français : la prime réglementée

Les récentes frasques de certains traders ont eu pour conséquence la prise de nombreuses mesures par l’Etat Français afin d’éviter que de tels incidents se reproduisent.
De plus que le trader peut voir son bonus gonfler, s’il obtient de très bons résultats, il est poussé à prendre des risques. Et, c’est justement cette prise de risque qui pousse à un certain point, et qui peut entraîner des dégels financiers aux conséquences catastrophiques.
Donc, c’est pour cette raison que le gouvernement français a voté une loi visant à limiter les bonus des traders afin que ceux-ci limitent les risques. Cette dernière envisage : « le versement d’au moins 40% des sommes, et jusqu’à au moins 60% pour les plus hautes salaires qui est différé sur une durée minimale de trois ans » et « le versement de 50% du salaire variable sous forme d’actions ». Cette mesure, ajoute au fait qu’en France, l’imposition fiscale reste relativement élevée en comparaison d’autres pays.

Paradmin

Les salaires et les formations pour devenir trader

Le trader est un négociateur de valeurs qui prévoit les fluctuations boursières afin d’engendrer des profits. Aussi, appelé : « les aventuriers des temps modernes » de nombreux scandales ont éclaboussé la profession ses dernières années, de plus que la crise de 2009 leur a été en partie incombée. Mais, quand même le métier de trader est un métier qui fait rêver, il y a beaucoup de personne qui est éblouit et attiré pour prendre part à cet univers unique en son genre. Alors, Êtes-vous celui ou celle qui veut connaitre les salaires et les formations pour devenir trader ? Si tel est votre cas, lisez attentivement ce qui suit et vous allez connaitre la somme élevé et les gains encaissés par les golden boys.

Toujours s’adapter à toutes les situations

               Pour être trader, ça ne s’improvise pas car en plus d’une formation pointue, il faut également être prêt à résisté physiquement et psychologiquement à la pression. De plus, les salles de marché dans lesquelles il travaille sont toujours bondées entrainant une ambiance de stress constant et une adaptation au rythme des bourses du monde entier qui sont souvent longue et se défile tout au long de la journée. Le trader doit être attentif est laissé parfois sa vie personnelle de côté pour générer des profits à sa vie professionnelle et doit savoir gérer son stress et celui des autres.

En plus de travailler à un rythme appuyer, les opérateurs de marché doit jongler entre plusieurs langues pendant toute une journée. L’anglais est la langue primordiale de travail et une maitrise des équipements informatiques performants et requises, mais aussi le trader doit savoir une connaissance avancée en mathématique et en économie pour intercepter et analyser rapidement les fluctuations du marché.

Une formation pointue en finance

D’abord, nombreux chemins mènent à la profession de broker et le trader doit avoir un niveau minimum de bac +5 de 3ème cycle en finance et des stages comme assistant trader ce qui est l’idéal. Cependant, la majorité de ceux qui travaillent dans les salles de marché ont suivi la formation classique comme les grandes écoles d’ingénieur ou de commerce qui proposent des spécialisations en finance. La durée de la spécialisation est en 6 mois ou en un an qui rend possible l’acquisition de connaissances approfondies sur la finance.

Ensuite, il y a aussi d’autre option comme les écoles de management ou même par la FAC. Mais, il faut des formations supplémentaires comme le Master en finance proposé par la faculté de Lyon II. Et même, si diplômes en poche, l’accès au monde du trading vous sera alors facilité, mais pas assuré. Dans tous les cas, la profession de trader demande un long parcours universitaire.

Enfin, il faut se méfier des formations en ligne proposé par des nombreux sites car même si la formation est souvent très rapide, ces formations ne vous permettront pas d’accéder aux salles de marché puisqu’ils sont incomplets. Par contre, ces études vous permettent d’avoir des bonnes bases pour trader pour votre compte.

Renseignez-vous sur les exigences au sein des différents pays de l’Union Européenne. Elles peuvent varier. L’Angleterre, par exemple, est beaucoup moins stricte que la France. L’expérience y est davantage valorisée que les diplômes.