La fiscalité et le trading : faut-il déclarer ses gains Forex ?

Paradmin

La fiscalité et le trading : faut-il déclarer ses gains Forex ?

Dans le trading, des gains se font tous les jours. Plusieurs traders professionnels comme amateur gagnent de l’argent. Cela amène à se demander si cela n’est pas soumis à une imposition comme les gains effectués dans bien d’autres activités. Si vous êtes nouveau dans le domaine, vous avez certainement dû vous poser la question. Alors qu’en est-il de façon concrète ? Nous y apportons une réponse.

La déclaration des gains : une obligation

Si vous êtes trader, peu importe vos gains, selon que vous soyez un expérimenté ou un débutant, dès que vous faites du profit, vous devez en faire la déclaration. À la manière des différentes activités liées à internet qui ont pendant échappé aux impôts, le trading en ligne a été écarté pendant un bon moment. Cependant, depuis plusieurs années, certaines lois sont strictes sur la question.

Chaque centime gagné dans le Forex doit être déclaré afin que vous puissiez vous acquitter de votre devoir de citoyen. Au début, tout le monde était sous le même conditionnement. Toutefois, depuis 2013, les répartitions des types de paiements ont été effectuées en tenant compte des différents statuts de trader. Cela permet donc d’être facturé en fonction de ses avoirs.

Les critères pour le calcul des impôts

Pour parvenir à déterminer la somme que vous aurez à donner aux impôts, plusieurs critères sont à prendre en compte. Pour vous orienter, nous en énumérons quelques-uns ici.

Vos revenus à la base

Comme dans le cas des différentes activités, il y a une considération de vos revenus eux-mêmes. Cela permet de définir directement votre statut. En effet, lorsque vous tirez plus de 50 % de vos revenus de cette activité qu’est le trading Forex, vous êtes considéré comme un professionnel. Cet état de choses vous place directement dans le rang des bénéfices non commerciaux.

Dans ce régime, il est évident que le pourcentage qui sera retiré de vos bénéfices sera assez élevé. En France, il est possible que cela aille jusqu’à 54 % selon le cas. À cela vont s’ajouter les prélèvements sociaux qui sont de 12,3 % rigoureusement. Dans le cas où vos revenus sont en dessous de 50 %.Vous êtes considéré comme un trader d’occasion et vous payez tout simplement 18 % de vos revenus.

Le pays où vous résidez

Les conditions dont nous avons fait mention un peu plus haut sont en vigueur en France. Dans d’autres pays, cela peut être évidemment vu autrement. Vous devez donc vous conformer aux lois en vigueur dans le pays en question pour payer vos impôts. Une chose est tout de même évidente. Vos revenus doivent être déclarés.

Le pays qui héberge votre compte trading

Voici encore une autre ambiguïté qui pourrait changer un peu les règles qui régissent les sous à payer. Lorsque votre compte est hébergé à l’étranger, vous êtes considéré dans un autre régime. Vous aurez toutefois à déclarer malgré tout, vos gains aux impôts. C’est une obligation.

De la persistance dans les normes

Grâce aux différents aspects abordés un peu plus haut, vous avez désormais une idée un peu plus claire au sujet de la question. Si vous voulez rester dans les normes, il va falloir que vous ayez mettiez en place un certain nombre de choses. Premièrement, lorsque vous êtes dans un régime de bénéfices non commercial, il vous faut un service comptable.

Ceci vous aidera à faire au mieux les déductions afin de perdurer dans les normes. Si tel n’est pas le cas, vous pourrez facilement vous retrouver à côté de la plaque. Retenez que vos pertes sont aussi prises en compte dans les divers calculs. Pas de crainte donc à ce sujet.

À propos de l’auteur

admin administrator

Laisser un commentaire